22 juin 2016

Sexologie

Pourquoi et quand faut-il consulter ?

Mon travail de sexologue consiste à la prise en charge d’hommes et de femmes, ou de couple en proie à des troubles sexuels. Mon travail consiste à identifier votre symptôme et son origine, puis à lever les obstacles et à mobiliser vos ressources pour rétablir une sexualité satisfaisante. L’entretien va vous permettre de mettre en mots vos blocages affectifs et psychologiques. Le diagnostic d’une dysfonction sexuelle est établi lorsque le trouble persiste au moins durant trois mois.

500 000  Personnes en France consultent chaque année un sexologue, alors, ne vous sentez pas différents, les troubles de la sexualité sont un motif de consultation de plus en plus fréquent même si c’est également le plus intime et pour beaucoup le plus difficile à aborder.

 

Les dysfonctions sexuelles

Beaucoup d’hommes et de femmes sont, un jour ou l’autre, confrontés dans leur vie à une difficulté sexuelle, cela est généralement sans gravité. Toutefois, si le trouble persiste, il est nécessaire de consulter un sexologue au plus vite de façon à:

  • évaluer la nature du problème
  • apporter les soins séxothérapeutiques adaptés
  • éviter que le symptôme s’installe, se renforce ou ne créer un trouble secondaire chez votre partenaire.

 

Les troubles de la sexualité masculine

  •  Les troubles de l’érection:

Vous avez une incapacité discontinue ou permanente à avoir ou à maintenir une érection satisfaisante, c’est à dire, pour permettre la pénétration, les mouvements péniens et l’éjaculation. Votre difficulté à atteindre ou à maintenir l’érection se traduit par un manque de rigidité du pénis qui met en échec l’acte sexuel, soit par une érection présente mais insuffisante, ou par une perte totale de l’érection.

Ce trouble concerne 15% des hommes en France et peu survenir à tout âge.

  • Les troubles de l’éjaculation:

L’éjaculation précoce: Votre éjaculation survient avant ou au début de la pénétration.

L’éjaculation prématurée: Votre éjaculation survient dans un temps plus ou moins variable, mais qui ne permet pas à votre partenaire d’atteindre l’orgasme. Ce trouble entraîne une insatisfaction pour l’un comme pour l’autre. Ce type d’éjaculation, dite réflexe, échappe à votre controle et survient sans que vous ne puissiez la maîtriser.

Ce trouble est l’un des plus fréquents, il concerne environ 30% des hommes en France.

  • Les troubles du désir :

L’anaphrodisie: Vous avez peu ou pas de désir sexuel.

 

Les troubles de la sexualité féminine

  • Les troubles du désir:

L’anaphrodisie: Vous avez peu ou pas de désir sexuel

La nymphomanie: Vous avez un besoin obsessionnel de sexualité

  • Le vaginisme:

Vous ressentez des contractures des muscles vaginaux lors de la tentative réelle ou imaginée de l’introduction d’un organe ou d’un objet à l’intérieur du vagin.

  • La dyspareunie:

Vous ressentez des douleurs vaginales répétées et persistantes pendant le coït.

  • Les troubles du plaisir:

L’anorgasmie primaire: Vous n’avez jamais ressenti d’orgasme.

L’anorgasmie secondaire: Vous avez déjà connu l’orgasme mais vous n’arrivez plus à en ressentir.

L’anorgasmie situationnelle: Vous n’arrivez pas à atteindre l’orgasme avec certains partenaires.

La frigidité totale: Vous ne ressentez aucun plaisir.

La frigidité partielle: Vous ressentez du plaisir au niveau des organes génitaux mais vous n’atteignez pas de décharge orgasmique.

 

L’éducation à la sexualité chez les jeunes

Les adolescents peuvent consulter pour recevoir des informations sur l’éducation à la sexualité ou pour corriger des croyances erronées qui créent un manque de repère en la matière. La surexposition de la pornographie et un manque d’information sur ce qu’est la réalité de la sexualité est susceptible d’engendrer des troubles dans la future vie sexuelle de ces jeunes. Mon rôle peut également être préventif, notamment en abordant les risques d’infections sexuellement transmissibles. Une à deux séances sont généralement suffisantes pour rétablir un équilibre.